Du 28 Février au 29 Février 2024

Ballets russes – Orchestre de Paris
Musiques


  • Salle Pierre Boulez
Partagez :   | | | | |
Ballets russes – Orchestre de Paris

DISTRIBUTION

Orchestre de Paris
Klaus Mäkelä , direction
Rebecca Zlotowski , film
Bertrand Mandico , film
Evangelia Kranioti , film

PROGRAMME

Igor Stravinski
L’Oiseau de feu (ballet)
ENTRACTE
Petrouchka (version de 1947)
ENTRACTE
Le Sacre du printemps
Fruit d’une collaboration avec le Festival d’Aix-en-Provence, ce concert exceptionnel autour de trois ballets mythiques de Stravinski, donne carte blanche à trois vidéastes inventifs : libre rêverie, mais aussi lectures inédites et orientations nouvelles ! 

Créé en 1910, L’Oiseau de feu narre les aventures d’Ivan, fils du Tsar, qui capture un oiseau fabuleux dans le jardin enchanté du sorcier Kastcheï, puis le libère en échange d’une de ses plumes et de sa fidélité. Entre héritage assumé de Rimski-Korsakov et poussée moderniste, la partition est devenue un emblème des Ballets russes de Diaghilev, que la réalisatrice Rebecca Zlotowski (née en 1980) interprète comme une métaphore du cinéma : sur l’écran du jardin de Kastcheï, Ivan fait office de producteur tandis que l’oiseau d’argent allégorise la grandeur et les servitudes du septième art…

C’est en 1911 que Paris découvrit les frasques du pantin Petrouchka, que Stravinski destinait au ballet. Fêtes foraines et danses colorées se succèdent dans cette œuvre virtuose, que le vidéaste Bertrand Mandico (né en 1971), jouant sur le mot « mannequin », transpose dans le milieu de la mode, livrant une réflexion sur l’humain et l’inhumain, le sentiment et l’artifice.

Pierre de touche de la modernité musicale, œuvre « scandaleuse » par excellence, Le Sacre du printemps (1913) est un condensé d’énergie orchestrale sous la forme d’un formidable « rituel païen ». C’est la réalisatrice Evangelia Kranioti (née en 1979) qui s’en empare, en y voyant une parabole de l’union de l’homme avec une nature sacralisée et féminine, mais aussi, dans une perspective que l’on pourrait qualifier d’éco-féministe, une mise en garde contre la prédation, la domination, l’oppression des femmes et des diverses minorités.

 

Coproduction festival d’Aix-en-Provence, Philharmonie de Paris