Du 4 Avril au 6 Avril 2019

FESTIVAL DES LANGUES FRANÇAISES
Festivals


  • CDN de Normandie-Rouen
Partagez :   | | | | |
FESTIVAL DES LANGUES FRANÇAISES

Le Centre Dramatique National de Normandie-Rouen renouvelle cette année son partenariat avec un grand prix de littérature théâtrale, décerné tous les ans par Radio France Internationale depuis 2014.

L’année dernière, le dramaturge camerounais Edouard Elvis Bvouma, lauréat 2017, fut accueilli à Rouen. Sa pièce La Poupée Barbue fut mise en scène par Lorraine de Sagazan et connut une belle tournée en Afrique. Cette année, l’auteur béninois Sedjro Giovanni Houansou, lauréat 2018 pour Les inamovibles, viendra assister à la mise en scène de sa pièce par David Bobée.

Auteur et dramaturge moi-même, associé au CDN, je fréquente depuis longtemps ces autrices et ces auteurs qui écrivent en français hors de nos frontières, que l’on range hâtivement dans une trop vaste catégorie appelée « Francophonie », pour la simple raison qu’elles et ils ne possèdent pas de passeport français (même si on y range aussi beaucoup d’artistes français ultra marins).

Je trouve, pour commencer à bien les connaître, que la beauté et le talent de leurs textes contribuent pourtant déjà pour une part considérable à la littérature française, qu’ils en constituent la chance et sans conteste une des richesses futures.

Alors cette idée m’est venue, dans le sillage de notre partenariat avec RFI : promouvoir dans un même événement, ensemble, tous les textes que nous aimons, écrits en français, quelle que soit la nationalité de celles et ceux qui les signent.

Voici donc que nous inaugurons le premier : « Festival des langues françaises ».

Voici des autrices, auteurs qui viennent du Cameroun, du Togo, du Liban, de France… Ils et elles ont obtenus des prix, viennent de publier récemment, sont à un moment clé de leur jeune carrière : le moment idéal pour les découvrir, pour que leurs textes soient produits, montés, joués, traversent le monde entier.

Tel est donc le but de ces quelques jours de festival : enrichir notre connaissance d’un théâtre contemporain en français, qui s’écrit aujourd’hui partout. Inviter aussi public et professionnels à écouter leur langue raconter d’autres réalités, d’autres rêves dans les mots qu’ils connaissent.

Ronan Chéneau