Du 8 Septembre au 18 Septembre 2022

Festival Extra! 2022
Festivals


  • Centre Pompidou
Partagez :   | | | | |
Festival Extra! 2022

Avec : Radio Brouhaha – Bye Bye Binary – Deborah Bowmann – Didier Cahen – Théo Casciani – Bérangère Cournut – La Dactylo – Diaty Diallo – Aurélie Djian – Mette Edvardsen – Festival Actoral – Gérard Garouste – Yannick Haenel – Marc Jahjah – Simon Johannin – Alevtina Kakhidze – Olivier Kaeppelin – Le Krachoir – Les éditions de la Terrasse – Laure Limongi – Livres vivants – Lux éditeur – Alain Mabanckou – Master de Création littéraire de Paris 8 – Master d’écriture de l’École Nationale Supérieure de Cergy – Élodie Petit – Muriel Pic – Paul B. Preciado – Le Prix littéraire international Bernard Heidsieck-Centre Pompidou – François Rachline – Rentrée littéraire – Olivia Rosenthal – Lionel Ruffel – Roland Sabatier – Le salon des colères – Speed-dating littéraire – Peter Szendy – Laura Tinard – Tim Ulrichs – Adrien van Melle – Louisa Yousfi…

 

Mobilité, stabilité. C’est entre ces deux états que le festival Extra! fait son retour au Centre Pompidou pour une 6e édition. Conversations et performances, rentrées et sorties littéraires, émissions de radio, livres vivants et lectures en visio, formes musicales et textuelles prennent à nouveau place au Forum -1, dans le « salon littéraire » créé par le duo d’artistes Deborah Bowmann. Organisé en deux grands espaces, ce foyer littéraire s’ouvre sur « le salon des lectures », laissant ensuite place aux voix grondantes et rageuses du « salon des colères ». Autour, dans les salles latérales d’exposition du Forum -1, le festival Extra! propose de découvrir une variété de gestes d’écritures à la fois textuelles et visuelles, littéraires et plastiques. Le public est invité à déambuler entre le street-art littéraire de La Dactylo, les propositions d’écritures inclusives imaginées par des graphistes, en passant par les peintures-textuelles de l’artiste Adrien Van Melle ou par quelques typo-films du cinéma. Et parce que les écritures courent partout, beaucoup plus mobiles que la forme stabilisée du livre, le festival Extra! invite à un passage inattendu au salon de tatouages textuels, pour lequel le philosophe Paul B.Preciado propose des citations extraites de sa bibliothèque transféministe.

Entre mobilité et stabilité, la littérature vit ainsi une situation paradoxale, assimilable à une «crise florissante», à une mutation à la fois inquiète et heureuse. Au contact des écrans qui déplacent voire réduisent les manières de lire, ou en s’ouvrant à d’autres cultures du texte et à d’autres formes de création littéraire que le seul livre, elle n’en finit pas de changer de paradigme, d’accomplir elle aussi cette profonde « transition » dans laquelle s’engage la société tout entière. Le festival Extra! s’attache tout particulièrement à suivre du regard cette vaste « mobilité » du littéraire. En prise directe et en écho avec le monde réel, la littérature accueille aussi avec force les grands questionnements qui traversent le contemporain : crise climatique, injustices sociales, question de genre, retour de la guerre en Europe…

L’économie du livre a pourtant montré sa stabilité pendant le confinement, au point d’apparaître comme une des valeurs les plus sûres des industries culturelles. Le monde du livre se positionne ainsi comme un pôle de stabilité, voir comme le lieu d’une possible « réparation » des vivants, des crises et des douleurs. La poésie, moins reconnue ces quinze dernières années, fait son retour dans le paysage littéraire, soutenue par l’ère des textos, mais aussi par les réseaux sociaux, et par la scène et les lectures performées. Avec sa belle économie de moyens (un crayon ou un clavier, une feuille ou un écran), la littérature offre une alternative sereine à d’autres formes artistiques plus périlleuses.

Jean-Max Colard
Directeur artistique du festival Extra!
Chef du service de la parole, département culture et création du Centre Pompidou