Du 1 Avril au 30 Avril 2019

//on prend la tangente avec la designeuse des situations inattendues FANNY DE CHAILLE
Danse & Cirque


  • La Maison des métallos
Partagez :   | | | | |
//on prend la tangente avec la designeuse des situations inattendues FANNY DE CHAILLE

// on prend la tangente

// Reine du renversement de perspective, Fanny de Chaillé est celle qui nous fait emprunter les chemins de traverse, les diagonales de sens et sortir du cadre avec un naturel confondant. Celle qui n’a jamais voulu choisir son camp (plasticienne ? rockeuse ? chorégraphe ? metteuse en scène ?) a dans sa vie sorti une course de lenteur composée de musiques d’attente, écrit des performances et des spectacles en forme de gymnastique mentale et des sur-titrages où tout le monde joue à se faire doubler. Sous des formes chaque fois renouvelées, elle nous plonge dans des formes assez jubilatoires entre illusions, casses-têtes logiques et autres anagrammes poétiques. Avec elle, ce qui pourrait passer pour mots d’esprit ou coquetteries dignes des meilleurs dandys du 19e est une attention fine et discrète portée à nous, spectateurs, participants, auditeurs, usagers…

Il y a là une véritable délicatesse à nous suggérer d’aller vers les chemins inusités, ceux qui travaillent dans l’interstice des choses et n’en raccordent que mieux le sens, l’essence et les sens. Son goût du jeu (de mots, de corps, de situations) ménage toujours un petit écart, comme on le dit d’un assemblage mal joint, histoire de sauvegarder de possibles mouvements, de nous laisser cet espace de liberté, cette aptitude à choisir notre route… En fait elle arrive à manipuler la langue et jouer du détournement de contexte sans jamais nous manipuler nous. Elle et ses comparses, avec notre concours, ne feront pas mentir Edgar Morin :

« Les surréalistes l’avaient compris, la poésie se récite, se lit, mais surtout, elle se vit. Elle est partout où il y a de l’effusion, de la communication, de l’amour, de la joie et du jeu » et Christiane Taubira de poursuivre : « Se donner comme finalité le bonheur me semble illusoire… Le bonheur, c’est le cadeau qui vous arrive quand vous vivez poétiquement » *.

Stéphanie Aubin

*Pour une poétique des civilisations, Edgar Morin et Christiane Taubira Le Monde, 29 juillet 2017