Du 13 Mars au 14 Avril 2018

SEQUENCE DANSE
Danse & Cirque


  • CENTQUATRE ET LIEUX PARTENAIRES
Partagez :   | | | | |
SEQUENCE DANSE

Un festin de danse(s)

 

Du 13 mars au 14 avril, le CENTQUATRE-PARIS propose une nouvelle Séquence Danse, rendez-vous désormais bien établi puisqu’il s’agit déjà de la 6ème édition. Se concentrant sur la danse contemporaine, champ artistique ô combien foisonnant et stimulant, ce rendez-vous n’est pas à proprement parler un festival mais s’apparente plutôt à un authentique festin chorégraphique – un festin ouvert à tous et à toutes. Hospitalité, curiosité et partage en constituent les fondements essentiels, comme l’illustre très bien Beytna, pièce-mosaïque du danseur/chorégraphe libanais Omar Rajeh, durant laquelle les spectateurs sont invités à prendre part sur scène à un repas hautement convivial. Aussi généreux que varié, le menu de cette Séquence Danse 2018 se compose au total d’une quinzaine de pièces aux formes très diverses les unes des autres. Signalons en particulier la recréation de May B, pièce majeure de Maguy Marin, par Lia Rodrigues avec des élèves de son Ecole libre de danse de Maré (à Rio de Janeiro). Pour le reste, cela va d’amples pièces de groupe (par exemple Auguri d’Olivier Dubois, le syndrome ian de Christian Rizzo et Du désir d’horizons de Salia Sanou) à de drôles de duos (It’s a Match de Raphaëlle Delaunay et Sylvain Prudhomme, Connais-moi toi-même de Dominique Boivin et Claire Diterzi) en passant par des solos éminemment singuliers (Plexus d’Aurélien Bory et Robot, l’amour éternel de Kaori Ito). Artiste associé au CENTQUATRE-PARIS, Amala Dianor présente sa toute nouvelle création (Trait d’union) et d’autres pièces, intégrées au focus sur les cultures urbaines. En outre, le public peut découvrir – en accès libre – les pièces en cours de plusieurs artistes en résidence, dans le cadre du rendez-vous régulier C’ le chantier. S’ajoutent encore une table ronde axée sur l’interaction entre nouvelles technologies et danse contemporaine, des ateliers et des sessions d’improvisation, sans oublier ce grand moment d’expression corporelle collective qu’est le Bal Pop’, un bal populaire allègrement revisité. Que le festin commence !

 

Illustration : le syndrome ian © Marc Coudrais